Immigration et intégration

Immigration et intégration professionnelle : les 5 clés de la réussite

Devenir un membre influent de sa société d’accueil est un désir légitime. La plupart des gens qui ont immigré au Québec ont, comme moi, pour objectif d’améliorer leur qualité de vie… Mais, sans effort, il n’y a pas de véritable réussite! Permettez-moi de partager mon expérience et de vous présenter ce qui constitue selon moi les cinq clés du succès.

1 – Apprendre la langue française

Cela ne devrait être une surprise pour personne : la langue française est la clé principale pour s'intégrer à la société québécoise. C’est la langue qui vous aide à suivre vos enfants à l’école, qui vous permet de poursuivre vos études et, finalement, c’est grâce à elle que vous obtiendrez l’emploi qui correspond à vos qualifications. La maîtrise du français est donc essentielle à la fois dans votre vie personnelle et pour votre réussite professionnelle. 
L’apprentissage d’une nouvelle langue pose des défis supplémentaires quand on est adulte. Je sais que c’est difficile… Mais ce n’est pas impossible! Avec de la motivation, de l’enthousiasme et de la patience, j’en ai été capable. Et je suis convaincue que nous le sommes tous!

Mais connaître une langue, c’est bien plus que de savoir simplement la parler. Il faut pouvoir communiquer adéquatement, écrire en utilisant les bonnes expressions, apprivoiser les subtilités du langage... Deux méthodes peuvent nous aider à y parvenir. 

La première est de viser l’apprentissage du français dans le contexte de la communication professionnelle. Tous les immigrants ont la possibilité d’apprendre le français grâce au programme de francisation offert gratuitement par le ministre de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration (MIFI). J’ai moi aussi emprunté cette voie et terminé le troisième niveau, mais je ne considérais pas ma maîtrise du français suffisante pour être admissible à des études universitaires en comptabilité. J’ai donc décidé d’approfondir ma connaissance de la langue à l’Université McGill. Grâce à mes formidables professeures, j’ai obtenu le certificat de compétences « Français pour la communication professionnelle ». Je me souviens avec beaucoup d’émotions avoir passé un examen oral la veille de la naissance de ma fille! Même si j’étais très fatiguée, j’ai choisi de poursuivre mes cours à peine deux semaines après avoir accouché… Cela n’a pas été facile, mais la motivation, l’enthousiasme et la patience ont une fois de plus fait toute la différence. 

La deuxième méthode que je recommande pour maîtriser la langue est la pratique, c’est-à-dire l’application de la théorie dans la « vraie vie ». Elle peut prendre de multiples formes : écouter des chansons en français, regarder des films, discuter avec des francophones, faire du bénévolat ou encore mettre ses compétences à l’épreuve en travaillant dans la société québécoise. Il ne faut pas être timide, car, au début, vous allez faire des fautes de français. Mais, sans pratique, vous ne pourrez jamais les corriger… 

Au Québec, la connaissance de la langue française est une source de bonheur. Apprendre à la maîtriser est un effort qui en vaut vraiment la peine!

2 – Construire un environnement favorable

Les gens prospères et heureux construisent autour d’eux un environnement positif. Cette atmosphère est propice à l’atteinte de vos objectifs professionnels. Même si vos aspirations peuvent paraître lointaines, voire impossibles, les encouragements sont indispensables. Pouvoir compter sur l’expérience, l’optimisme et les conseils de votre entourage est un atout incontestable. Par exemple, pendant mon parcours universitaire, le soutien de mon mari a été extrêmement précieux.

3 – Définir ses priorités 

Nous ne pouvons pas réaliser tous nos rêves en même temps : il faut être prêt à faire des sacrifices. Il est donc important de prioriser nos objectifs en répondant à ces questions. 

  • Quel est mon rêve principal? 
  • Qu’est-ce qui est le plus important dans ma vie? 
  • Qu’est-ce qui est le moins important? 
  • Qu’est-ce que je peux sacrifier maintenant? 

Les priorités sont bien sûr différentes d’une personne à l’autre, mais personne ne peut réussir sans définir ses propres priorités. Par exemple, quand j’ai décidé de poursuivre mes études en vue de devenir CPA, j’ai décidé de prioriser celles-ci plutôt que les sorties avec mes amies. Ainsi, j’étudie chaque week-end et j’utilise également ce temps pour organiser des rencontres avec mes collègues afin de réaliser des travaux en équipe. J’ai également suivi des cours durant le trimestre d’été afin d’accélérer mon parcours, plutôt que de profiter de ce temps pour voyager et visiter ma famille.

4 – Savoir faire face à l'échec

La réussite est bien sûr ce vers quoi tout le monde tend, mais le chemin pour y parvenir est parfois long et ardu, et il peut arriver que l’on ne parvienne pas à ses fins au premier essai. Dans mon cas, à mon premier trimestre universitaire, j’ai obtenu une note moyenne, car je ne maîtrisais pas encore la langue française. Malgré cela, j’ai pris mon courage à deux mains et j’ai fini par obtenir mon certificat d’accès à la profession comptable avec une bonne moyenne cumulative avec beaucoup de motivation et de patience.

La patience et l’optimisme doivent être accompagnés d’une autre capacité essentielle : savoir faire face à l’échec! C’est une compétence en soi, et elle s’acquiert avec le temps. L’échec réel est d’arrêter d’essayer…

5 – Prendre soin de soi 

Nous avons tous besoin de repos pour recharger nos batteries et nous donner l’énergie nécessaire pour réaliser nos rêves…  Faites de l’exercice physique, écoutez de la musique, rencontrez des amis et voyagez si vous le pouvez! N’oubliez pas qu’un peu de repos nous aide à trouver l’équilibre nécessaire entre notre vie professionnelle et notre vie personnelle.
En somme, vous pouvez réaliser vos rêves si vous y mettez le temps et l’effort. Il n'est jamais trop tard!

 

À propos de l’auteure

Ghada Waly détient un baccalauréat en comptabilité et sciences comptables de la Suez Canal University qu’elle a obtenu en 2009 dans son pays d’origine, l’Égypte, où elle a également travaillé comme vérificatrice au ministère des finances. Elle détient également depuis 2017 le certificat de compétences « Français pour la communication professionnelle » de l’Université McGill et s’apprête à commencer le Programme de formation professionnel CPA après avoir réussi le certificat d’accès à la profession comptable à HEC Montréal. Depuis son arrivée au Québec, Ghada Waly a entre autres travaillé comme technicienne comptable chez Propulsion Québec, est devenue citoyenne canadienne et a œuvré à titre de bénévole pour la Clinique d’impôts HEC Montréal.